• salut à vous tous qui nous rejoignez!je pense que vous avait deja ecouté ca au moins une fois,moi oui en tout cas,donc voici pour vous les paroles et la vidéo de cette chanson:

    paroles:
    J'entends le loup, le renard et la belette.
    J'entends le loup et le renard chanter.
    J'entends le loup, le renard et la belette.
    J'entends le loup et le renard chanter

    V'la les amateurs de chambrettes, les Bretons qui se la pètent, les =
    déchireurs de galettes, les bouffeurs de crêpes. Après avoir =
    bravé bien des galères et des tempêtes, regarde bien la tête des =
    jeunes guerriers celtes. Il y a le loup, le renard bien sûr il y a la =
    belette, autocritique parfaite mais ça reste correct, pas d'idée =
    abjecte, c'est pour faire la fête. Voil� comment Manau avance sans =
    se prendre la tête.

    REFRAIN

    J'entends le loup, le renard et la belette.
    J'entends le loup et le renard chanter.
    J'entends le loup, le renard et la belette.
    J'entends le loup et le renard chanter
    Manau viendra les gars, Manau viendra
    C'est � ce moment-l� qu'il faut lever les bras
    Manau viendra les gars, Manau viendra
    C'est � ce moment-l� qu'il faut lever les bras.

    Tranquille, j'y arrive et je me pose, non surtout pas de clause.
    Sur ce tempo tribal j'ai envie de poser des proses. Tu connais le =
    renard mec ! Tu connais la belette ? C'est moi qui fais cet oratoire =
    je suis le loup c'est net. C'est une facilité de chambrer pour moi =
    c'est ainsi. C'est moi qui ai le mic, c'est moi qui écris. Ne vous =
    inquiétez pas les gars pour vous, je resterai gentil. Je n'oublie pas =
    que le Manau possee est un état d'esprit.

    REFRAIN

    J'entends le loup, le renard et la belette, mec. J'entends le loup et =
    le renard chambrer. Si tu ne comprends pas désolé, je ne vais pas =
    toujours t'expliquer. Le deuxième degré est déj� acquis dans =
    nos pensées. C'est net et même si je me la pète, voil� que je =
    me répète, je suis vraiment trop bête, il faut que je m'arrête. =
    A force de me prendre pour la vedette, je suis devenu la trompette. =

    Mais dites-moi alors, mais qui est la belette ?

    REFR�AN


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique